Article 3

Article 3

L’Austin Week 2017 n’aura pas lieu

Le Courrier de L’Ouest publie un article le vendredi 30 juin 2017.
L’article sort le même jour que l’annulation du festival.

Dans cet article on peut lire les interviews de Benoit Pilet et Alain Fouquet.
Comme ces points de vue comporte des informations fausses et/ou erronées, il nous a semblé important de partager nos informations.

Article : lien
Parution : vendredi 30 juin 2017
Photo de l’article : lien

Précisions à apporter à l’article de Ouest France.

G.K : “On a décidé de faire l’Austin Week malgré tout car nous avons l’engagement d’une centaine d’Austinites qui veulent participer à l’événement”
Plus que ça encore. On a surtout décidé de faire la Austin Week 2017 puisque depuis le mois de décembre il avait été acté qu’il y aurait une Austin Week en 2017.
Acté par la Ville d’Angers.
Acté par Austin Angers Creative.
> Le changement de date de la Austin Week (semaine d’après Lévitation) correspond à une volonté de la Ville d’espacer les Accroches Cœurs de la Austin Week pour pouvoir impliquer les équipes de terrain dans l’organisation.
> Des dépenses ont été engagées à ce titre en prospection au mois de Novembre 2016

Nous avons donc confirmé à plus de cents Austinites qu’ils étaient les bienvenus dès le mois de Janvier 2017.

B.P : “On a soutenu cet événement dès 2015
Austin Angers Créative a reçu une subvention de 100 000 euros en 2015
5% de cette somme a été allouée à la première édition de la Austin Week (5000 euros dont 4000 euros pour l’agence YLLW).
Le reste des fonds nécessaires ont été investis par l’agence YLLW soit 32 800 euros à raison de 40€/h non-facturées et investies tout au long des 9 mois de travail préalable.

Austin Angers Créative a reçu une subvention de 75 000 euros en 2016
40% de cette somme a été allouée à la seconde édition de la Austin Week (30000 euros dont 8000 euros pour l’agence YLLW).
Le reste des fonds nécessaires ont été investis par l’agence YLLW soit 60320 euros à raison de 60€/h non-facturées et investies tout au long des 9 mois de travail préalable.

B.P : “On voulait renforcer les liens avec Austin via le projet d’AAC. Le problème est venu du flou financier
Seul le président d’Austin Angers Creative peut répondre aux questions des finances.

B.P : (…) “Le fond du problème vient du prestataire d’AAC (YLLW). Il s’est rendu indispensable en oubliant qu’AAC est son mandant»
Seul le président d’Austin Angers Creative peut répondre aux questions des contrats qui engagent l’association.

B.P : (…) “Il n’y avait pas le logo de la Ville sur l’affiche et le maire n’a même pas été cité lors de l’inauguration”
Le logo de la ville d’Angers apparaissait sur la totalité des supports de communication imprimés de la Austin Week 2016. (1) (2)
Le dossier de presse, préfacé par Benoit Pilet, comportait également le logo de la Ville.
Le Maire a été cité juste avant sa prise de parole lors de l’inauguration.

B.P : Benoit Pilet pointe également quelques dysfonctionnements comme le manque de nourriture au barbecue géant “Certains se sont retrouvés avec de toutes petites portions”
Sur les 312 personnes qui ont assistées au barbecue du dimanche 24 septembre 2016 aucune plainte n’a été enregistrée.
Selon nos indicateurs, nous considérons que cet événement était réussi.

B.P : “Quand on organise un pique-nique français pour les Texans et qu’il n’y a que des baguettes à manger, l’image d’Angers en prend un coup.”
Ici l’élu de la ville aux Relations Internationales fait référence à l’organisation de la Angers Week. La présence d’Angers à Austin a été célébrée dans la semaine du 17 novembre. Cette présence a été portée de manière privée, sans financements public, par un opérateur américain. Ici une vidéo du jour ou : des baguettes, des crêpes, des produits français ont été servis. Parmi les 27 événements différents répartis dans la capitale du Texas, aucune autre plainte n’est remontée ni sur la programmation ni sur les baguettes choisies.

B.P : “La municipalité a proposé d’accompagner l’association pour qu’elle soit viable et qu’elle puisse organiser quelque chose mais en 2018. Cela a provoqué le départ de plusieurs membres. Pour l’Austin Week 2017, on n’a eu aucun projet dans les mains”
Chacun des départs de l’association a été motivé.
L’association est seule capable à publier ces motivations.
L’association était seule habilitée à déposer une demande de soutien.
Seul le président d’Austin Angers Creative peut présenter ces informations.

G.K : “L’association AAC s’est réunie le 26 avril avec Samantha Phelps (porteuse des projets angevins à Austin)”
Ce soir là, Samantha Phelps a exposé sa vision pour le mois de septembre 2017 et l’organisation de la Austin Week.
Le lendemain, depuis sa vision a été produit un projet qui a été présenté à la ville le sur-lendemain.

G.K : “On pensait avoir une subvention pour soutenir les projets, dont ceux de YLLW”
On pensait effectivement comme cela a été confirmée par l’association Austin Angers Creative que la ville soutiendrait le projet Austin Week en plus des autres projets de l’année. C’est le propos qui a été tenu jusqu’au 05 mai 2017.

G.K : “Ça ne s’est pas très bien passé. On a compris qu’on aurait aucun soutien de la Ville, ni financier, ni logistique”.
Le Jeudi 08 juin, un rendez-vous a eu lieu en mairie au 3è étage avec les élus Alain Fouquet et Benoit Pilet ainsi que leurs services. Ce rendez-vous était censé statué sur une position simple : aucune communication sur la ville, aucun bâtons dans les roues de l’organisation devenue indépendante.
Bien que confirmation ait été faite qu’il n’y aurait ni soutien financier, ni logistique, c’était un statut acceptable dans lequel nous pouvions travailler, nous avons donc décidé de continuer.

[citation] Ils créent une association le 18 mai “Austin Week France” dont la présidente est l’Austinite Samantha Phelps
Cette association a été crée dans le but de palier à l’absence d’Austin Angers Creative et permettre, comme expliqué plus haut, à la Austin Week de se réaliser.

B.P : “(…) Ce sera un événement privé dans des lieux privés”
Lieux qui ont reçu, pour certains, l’ordre de ne pas affiché le terme Austin Week sur leur programmation.

B.P : “Germain omet de dire à ses partenaires qu’il organise cette semaine tout seul, sans AAC. C’est à la limite de l’honnêteté.”
Chacun des partenaires ont été appelé et tenu informé des conditions dans lesquelles nous allions organiser la Austin Week. Chacun des retraits de soutien ont été mentionné aux différents partenaires en temps réel. Par ailleurs, l’organisation comme mentionnée de manière répétée depuis le mois de mai n’est pas constituée d’une seule personne mais d’un groupe de travail de 8 personnes auquel vient s’ajouter tous les porteurs de projets Austin Week, c’est à dire une quarantaine de personnes, toutes angevines.

B.P : “Pour nous, l’Austin Week est une affaire collective. Elle ne peut pas reposer sur un seul prestataire. On va maintenir notre soutien à AAC jusqu’en 2018”.
La Austin Week est une affaire collective. C’était tout le sens du dépôt de marque en 2016. Elle ne repose pas sur un seul prestataire comme le montre ce diagramme de 2015.
Une multitude d’entreprises et d’associations se sont engagées sur ce projet en 2016 et en 2017.

G.K : “Au-delà de diverses interdictions, de lourdes pressions ont été exercées sur nos partenaires. Nous ne pouvons pas continuer dans cette voie. Nos moyens sont trop réduits”.
Toutes les personnes susceptibles d’utiliser le nom “Austin Week” se sont fait rappeler à l’ordre par la Ville pour ne pas le faire. Indépendamment du droit de la collectivité à faire cette demande ou non. Dès lors que nos partenaires subissent cette pression et refusent d’afficher le nom Austin Week, il nous a semblé logique d’annuler le festival qui ne serait, de fait, plus visible nul part. Nous n’avions pas pour objectif de faire entrer des partenaires dans des désaccords qui ne regardent que nous.

[citation] Des artistes maintiennent leur venue
On compte aujourd’hui 57 talents d’Austin qui ont maintenus leur venue. On avait plus de 120 personnes intérréssées, on les a dissuadés de venir.
Nous faisons tout ce qui est possible pour leur assurer un séjour confortable et qu’ils gardent un bon souvenir de notre ville d’Angers.

— — — — — — — — — — — — — — — — — —

[citation] La marque Austin Week déposée
> par Germain Kpakou

Oui, oui et oui. En avril 2016, j’ai déposée la marque Austin Week.
Avec toute la bonne volonté du monde, il y a des choses que l’on ne peut pas accepter.
En février 2015, je présente le projet Austin Week qui n’a intéressé personne à l’époque.
Il a fallut attendre juin 2015 pour avoir les premiers retours de l’association Austin Angers Creative et de la ville d’Angers.
En septembre 2015, à l’issue de la première édition, la Ville d’Angers m’a fait suivre un document à signer qui me demandait de céder les droits de la marque, totalement, définitivement et gratuitement. Il y est stipulé que toute utilisation ultérieure de la marque représenterait une contrefaçon. En d’autres termes, une fois signé, ce document faisait de nous, l’équipe originelle de la Austin Week, des usurpateurs. Cette proposition a été présentée en conseil municipal et votée, avant que je donne un avis.

J’ai refusé de signer ce document.

On m’y a enjoins plusieurs fois.

Pour garantir cette marque et cette idée, pour garantir la possibilité aux artistes de revendiquer cette marque dans leur productions (vidéos, photos, musique, art, …), pour garantir l’utilisation libre lors de diverses manifestations, j’ai déposé la marque en avril 2016 avec en son cœur, une mention qui m’était chère : la libre utilisation pour les adhérents du projet collectif que j’affectionnais tant, Austin Angers Creative.

Article 2

Article 2

La troisième édition de l’Austin Week est annulée

Suite de l’article du Ouest France du 17 juin.
Le vendredi 30 juin, nous avons annoncé l’annulation du festival.

(bis) Dans cet article, on peut y lire une interview de Alain Fouquet, adjoint à la Culture et au Patrimoine, qui donne son point de vue sur le festival Austin Week à Angers. Comme ce point de vue comporte des informations fausses et/ou erronées, il nous a semblé important de partager nos informations.

Article : lien
Parution : vendredi 30 juin 2017
Photo de l’article : lien

 

Précisions à apporter à l’article de Ouest France.

A.F : “Nous avons donc décidé d’un commun accord de suspendre la manifestation cette année”
Non. Ce qui a été décidé d’un commun accord c’est de faire la Austin Week en 2017. Ce commun accord a encore été présenté le 27 avril 2017 lors d’un temps d’afterwork et dans la newsletter qui invitait le public à cette rencontre.
La décision de ne pas reconduire la Austin Week 2017 avec le soutien de la Ville a été annoncé dans un courrier du 05 mai 2017.

A.F : “Au-delà des diverses interdictions de la Ville, de lourdes pressions ont été exercées sur nos partenaires pour qu’ils ne participent pas à l’édition 2017. Nos moyens sont trop réduits pour continuer.
Si vous souhaitez entendre les témoignages des personnes concernées, nous contacter.

A.F : “L’Austin Week s’est toujours fait en partenariat avec la Ville. Germain Kpakou a voulu lancer cette nouvelle manifestation sans concertation.
cf. documents joints du précédents au précédent article de Ouest France.

A.F : Pour autant, l’élu nie en bloc d’éventuelles pressions : « C’est n’importe quoi ! Certains partenaires m’ont appelé à la suite de la parution de votre premier article, ils avaient peur que nous ne bloquions les autorisations. Je leur ai dit que si les conditions étaient remplies, il n’y avait aucune raison que la mairie fasse barrage. Mais je ne veux pas qu’ils utilisent le nom Austin Week. »
Si vous souhaitez entendre les témoignages des personnes concernées, nous contacter.

[citation] Un non-sens pour Alain Fouquet qui répète que l’Austin Week est liée à Angers. La marque a pourtant été déposée, en 2016, par un certain… Germain Kpakou.
La marque a été déposée en avril 2016, après invention en 2015.
cf. documents joints du précédents au précédent article de Ouest France.

 

marque-AW!

Voici sur une même page les différents éléments afférents au dossier de dépôt de marque.

Différents échanges e-mails qui concernent les premières mentions sur la Austin Week

Preuves datées de création du logo (+ cf. premiers mails)

Échanges entre la Mairie et moi sur la paternité du signe

Contrat de cession de droits d’auteurs

Convention de subvention liant la Mairie à AAC

Contrat de prestation entre AAC (Austin Angers Creative) et YLLW

Article 1

Article 1

Le grand flou ?

La presse locale à fait état des avancées du festival et de son organisation.

Dans cet article, on peut y lire une interview de Alain Fouquet, adjoint à la Culture et au Patrimoine, qui donne son point de vue sur le festival Austin Week à Angers. Comme ce point de vue comporte des informations fausses et/ou erronées, il nous a semblé important de partager nos informations pour rendre le plus transparent possible les motivations qui sont les nôtres à la poursuite et à la réussite de ce festival.

Article : lien
Parution : samedi 17 juin 2017
Scan de l’article : lien

 

Précisions à apporter à l’article de Ouest France.

A.F : “Il y aura une Austin Week cette année ? Vous me l’apprenez !”
En date du 29 mai 2017, Alain Fouquet ainsi que deux autres élus ont été prévenu de la reconduction du festival Austin Week.
Ils l’ont été par 3 biais : un mail d’introduction, un courrier du programmateur du festival, un courrier de Samantha Phelps.

A.F : “Je ne sais pas qui organise ça. Mais honnêtement sans financement et sans accès aux espaces publics de la ville, je ne vois pas comment ils peuvent réussir”
En date du 08 juin, les élus de la ville d’Angers ont reçu un nouveau courrier de la part de l’équipe d’AustinAngersCreativeTexas et de la présidente d’AustinWeekFrance qui faisait état des forces en présences et de l’équipe qui organise le festival.

A.F : “Certaines personnes sont venues me voir, mais elles ne m’ont jamais confirmé!”
En date du 08 juin toujours, Germain Kpakou a participé à un rendez-vous en mairie dont les participants incluaient le service des Relations Internationales et son élu Mr Pilet, le service culturel et son élu Mr Fouquet, ainsi que le Président de l’association Austin Angers Creative Mr Parisse.
Au cours de ce rendez-vous, il a été clairement expliqué qui réalisait l’édition 2017 du festival et la confirmation a été donnée à l’ensemble des participants. Une vidéo a même été réalisée à cette intention et transmise à tous les participants de cette réunion.

A.F : “Austin Week est un nom qui appartient à la Ville. Je défie quiconque de venir me dire le contraire”.
Austin Week est un nom qui a été prononcé pour la première fois dans les murs d’un restaurant angevin. C’est ensuite un logotype et un concept qui sont nés au sein des bureaux de l’agence YLLW le 04 février 2015. Le 04 septembre 2015, la Ville d’Angers a fait une proposition de cession de droits sur le logotype et sur la marque. Cette proposition, en l’état était innacepptable et innapropriée. Toutefois, sans aucunes discussions préalables, le principe de la cession de marque a été voté en conseil municipal. Le 07 avril 2016 pour mettre un terme aux pressions à signer cette cession et pour garantir son avenir et sa libre utilisation dans le cadre des activités de l’association, Germain Kpakou dépose la marque après en avoir informé le président et le vice-président d’Austin Angers Creative. À noter que dans un souci d’ouverture, la marque a été déposée avec en son cœur, une mention pour la libre utilisation des adhérents de l’association Austin Angers Creative.

(1) Sollicités, les membres de l’association n’ont pas souhaité s’exprimer
Lors du rendez-vous du 08 juin 2017 avec la Ville et ses élus, il a été convenu la chose suivante : l’équipe de la Austin Week ne communique aucun élément sur les positions de la Ville, la Ville ne mettra “aucun bâtons dans les roues de l’organisation“. Nous avons donc joué le jeu et préféré ne pas répondre aux questions qui traitait du financement public du festival. Nous considérons désormais que nous sommes les seuls à avoir joué le jeu.

Cet article a été renseigné par Germain Kpakou, détenteur de la marque AW! – Austin Week et programmateur du festival.
Cet article n’est pas diffusé publiquement mais uniquement comme forme de réponse privée à l’article de Ouest France du 17 juin.

Une communication publique aura lieu le 30 juin 2017.

Avril, jour n°7

Avril, jour n°7

Dimanche

C’est fini.
Enfin…

Il nous reste encore toute la maison à ranger et toutes nos notes à numériser.

Le rangement : Pas simple mais c’est drôle.
Les notes : on fait de notre mieux pour synthétiser les élements que l’on a accumulé.

Samantha et Shaun partent, il est 19h00.
On est prêt à retravailler loin les uns des autres.
On réalise à quel point la distance n’aide pas.
Le propre de la relation Austin Angers c’est que les deux villes sont loins l’une de l’autre.
Très loin.

On se dit au revoir satisfait de notre semaine de travail.
On sait que l’on va devoir reprendre les discussions sur Discord (le logiciel que l’on utilise pour communiquer)
Qu’à cela ne tienne : on a un plan.

— — — — — — — — —
Fin de la journée : 19h00
Nb d’heures de travail : 7.

Avril, jour n°6

Avril, jour n°6

Samedi

Aujourd’hui on a convié tous nos amis et partenaires à un repas au QG.

Au programme :
Molkÿ, Tatouages, Tacos, Whiskey, Discussions et plans à venir.

Le matin, on s’active :
– Samantha en cuisine pour préparer des Carnitas
– Emmanuelle réalise le plan de com
– Germain et Aline crée le template du budget
– Shaun dors

À 14h00, les premiers invités arrivent.
On accueille tout le monde avec le sourire.
Ça fait du bien de voir des têtes connues.

La journée se déroule simplement : on passe du bon temps ensemble.
C’est la base du projet en fait.

Il est 23h00 quand tout le monde quitte la maison pour rejoindre la ville et les différents concerts qui s’y déroulent.
Ça ne parait pas mais c’est une journée productive.

— — — — — — — — —
Fin de la journée : –h–
Nb d’heures de travail : 16.

Avril, jour n°5

Avril, jour n°5

Vendredi

Le matin l’heure est au bilan.
À deux jours du départ de Samantha, il nous faut trancher sur la suite.

1. On maintient la Austin Week en septembre
2. On va créer et alimenter la partie privée des financements
3. Il nous faut recréer les outils de travail de l’équipe
4. Tout doit être prêt dans les premiers jours de mai

On vous épargne les tergiversations de la journée car on n’était pas beaux à voir.
Par exepérience, on le sait il y a toujours un moment dans un projet comme celui-ci ou l’on ségare / se sent perdu / fatigue.
C’est aujourd’hui.

Par expérience il y a aussi toujours des déclics.
À 15h, Shaun rentre de Paris ou il était aller accompagner le groupe VedeTT
Son retour est assez déterminant. Il nous exhorte à prendre un verre, une clope et depuis la cour on trouve le plan.

En trois heures on écrit le planning de la Austin Week.
3m2 de papier kraft plus tard, on a dessiné les principaux contenus de la Austin Week et les financements qui vont avec.
Il est 20 heures quand on s’octroie une pause bien méritée. Direction la guiguette du Héron Carré pour le concert de VedeTT.

Sur place, c’est la détente. Le concert est bon et prendre l’air nous sauve tous.
23h : on reprends le travail.

À 2h00 on quitte le QG et on se dit à demain.
On vient de rendre la Austin Week faisable.
Un bel effort collectif.

— — — — — — — — —
Fin de la journée : 02h30
Nb d’heures de travail : 18.

Avril, jour n°4

Avril, jour n°4

Jeudi

Aujourd’hui c’est le jour de la rencontre avec les suiveurs de la Austin Week.
On a préparé un pot à la Brasserie Angevine (notre QG) et on retrouvera tout le monde là-bas vers 17h30.

En attendant, on se met à l’ouvrage avec les informations d’hier.

A. De la difficulté de s’appuyer sur des fonds publics
La première année du festival 5% des financements provenaient de la collectivité.
La seconde année, nous abvons porté ce financement à 30% ce qui a rendu notre opération plus confortable, plus grande.
Toutefois pour 2017, nous mesurons qu’il sera difficile de conserver ces financements.
Premièrement parce que notre association Austin Angers Creative est une association très particulière. Composée de professionels elle n’a pas de ressource humaine propre ce qui rend compliqué sa tâche quotidienne.
Deuxièmement parce que le festival Austin Week est un festival hybride et innovant. C’est le seul festival de France qui répond à ce modèle et en France il est compliqué de financer l’innovation jusqu’à ce qu’elle s’installe. Nous ne sommes pas installés.
Enfin, notre financement tri-partite, nous demande de répondre à 3 grilles de critères disctinctes. La première provient de ce qu’on appelle l’ALDEV, l’agence de développement économique de la métropole, la seconde provient du département des Relations Internationales et la dernière du département de la Culture. Les retombées économiques du festival sont encore difficiles à évaluer même si nous les savons importantes, l’intérêt international du festival ne semble pas avéré encore même si nous sommes fier de la communauté que nous avons crée. Il reste le département de la Culture avec qui nous travaillons bien et duquel dépendra la richesse culturelle du festival. Quoiqu’il en soit on se rend compte qu’il est compliqué de réaliser notre opération en s’appuyant sur des fonds publics.
Leur utilisation recquiert une précision que nous n’avons pas atteinte, les moyens manquent.

B. Construire son action plus autonome
Nous consacrons donc la journée de jeudi à la construction des outils qui nous permettront de rendre le festival plus autonome.
On bâti ensemble la campagne de financement de la Austin Week.
Objectif : faire savoir au plus grand nombre que la Austin Week, plus que jamais, est un festival coopératif qui recquiert l’attention et le soutien de tous pour perdurer dans le temps. On parle de crowdfunding, de partenariats, de sponsoring, de dons, de bénévoles et on met en face tous les besoins de l’opération.
C’est assez enthousiasmant d’imaginer le festival pouvoir exister sur des moyens plus simples et au coeur d’un éco-système support.

C. Faire connaitre les enjeux
Après une longue journée de travail, on quitte le centre pour la Brasserie Angevine et on arrive en avance pour installer nos quelques affiches et panneaux.
Ce soir c’est le lancement du mouvement coopératif en présence d’une 50aine de personnes. Bénévoles, partenaires, acteurs, musiciens, … tous sont venus pour nous écouter expliquer le fonctionnement de la Austin Week. C’est marrant de délivrer un plan en public qui n’a que 2 heures mais c’est surtout très efficace.
On a beaucoup de retours positifs et ça fait du bien. On sent que la dynamique se lance. Samantha fait la présentation des contenus artistiques à notre disposition et on se retrouve à 22h à ranger la brasserie après une bonne soirée d’échanges.

D. Retour à la case départ
LA pression et l’enthousiasme retombe un peu en fin de journée lorsque l’on rentre à la maison.
On se rend compte que ça ne va pas être aussi simple que ça et qu’il reste beaucoup beaucoup beaucoup beaucoup beaucoup beaucoup de travail.
Ok. On se casse. Il est 1h00 du matin. Assez pour aujourd’hui

— — — — — — — — —
Fin de la journée : 02h00
Nb d’heures de travail : 17.

Avril, jour n°3

Avril, jour n°3

Mercredi.

Montagnes russes.

UP
09h00 : rdv à la Maison de Lespine, préparation des documents

DOWN
11h30 : on part imprimer, bloqués dans une manifestation

UP
12h00 : nos documents ont de la gueule, notre programme aussi

DOWN
12h20 : réunion de travail partenaires Ville / ALDEV

UP
14h30 : rendez-vous avec le Voyage À Nantes

DOWN
16h00 : retour à Angers

UP
19h00 : Rdv avec l’élu International CCI
19h30 : Rdv avec Festival Sound On Sound, Austin, TX
20h00 : Rdv avec Suzanne Court, Austin, TX
23h00 : Rdv avec Rémi Fournier, Angers, FR
02h00 : Rédaction du programme du jour n°4

— — — — — — — — —
Fin de la journée : 03h00
Nb d’heures de travail : 15.

Avril, jour n°2

Avril, jour n°2

 

Mardi matin on se lève chacun de son côté pour se rendre au QG.
Le QG c’est le 8 rue de L’espine. Une maison sous la gestion du Chabada qui appartient à la ville d’Angers. Très très pratique.

Sur les murs de cette maison nous avons planté des épingles et du papier kraft sur lequel nous avons dessiné toute la structure du festival pour rendre nos travaux plus simples.

À 14h on a mis un terme à l’écriture de ces documents.
La photo ci-jointe vous donne une idée de ce à quoi ça ressemble.


Urgence book & budget

Book : Ce qu’on appelle le book, c’est le livre dans lequel atterissent tous les contenus que l’on retient pour la Austin Week.
On les publiera le temps venu. À 16h la structure de ce document est faite
Budget : C’est la base de toute organisation. On démarre un budget qui a pour objectif d’être complet à la fin de la semaine

Repérages
On sort à 17h pour faire un premier repérage de la ville d’Angers. Shaun, Samantha, Germain et Aline sortent pour répérer des lieux. On fait le coté Nord/Ouest de la ville. Créer une cité des arts près de l’École des Beaux Arts, un passage par le mail pour un “marché + concert”, un passage par le James Joyce pour créer du contenu dans le bar en haut, visite de l’espace de l’université, photos de la place de la Rochefoucault et retour à la maison pour Shaun.
> Avec Samantha on passe par la soirée “Imagine Angers” et on fait des rencontres intérréssantes.

Le soir on se retrouve au QG tous. Repas et présentation du tableau à : Charlotte (régisseuse), Bertrand (Bar Du Quai), Benoit (Brasserie Angevine), Rémi (Chez Rémi).

La soirée termine au Joker’s Pub en présence d’une dizaine de musiciens assidus de la Austin Week.

— — — — — — — — —
Fin de la journée : 23h00
Nb d’heures de travail : 18.

DAY 2